Les professionnels s’interrogent et s’inquiètent sur un retour du religieux, en entreprise. Plus qu’un « retour du religieux », il faudrait parler de « mutation » du religieux, au vu des formes qui se dessinent et qui n’ont jamais existé auparavant dans l’histoire des religions.

 

D’après l’observatoire de la laïcité, « la laïcité repose sur trois principes : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions. Elle garantit et/ou suppose :

  • aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions.
  • le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion.
  • la séparation de l’Etat et des organisations religieuses.

« La république laïque assure l’égalité des citoyens face au service public »

« La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une ».

Un coup d’œil dans le rétroviseur…

1789, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, Article 10 « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

  • 1791, l’assemblée accorde la citoyenneté pleine et entière aux protestants puis aux juifs.
  • 1792, la France instaure un Etat civil unique et neutre.
  • 1810, le code pénal interdit de procéder à un mariage religieux s’ils n’ont pas la preuve d’un mariage civil préalable.
  • 1833, la Loi Guizot impose à chaque commune d’ouvrir une école publique.
  • 1871, la Commune de Paris décrète la séparation des Eglises et de l’Etat.
  • 1872, disparition sur les feuilles de recensement de toute mention concernant la religion.
  • 1881, Jules Ferry met en place l’enseignement primaire laïque et républicain.
  • 1905, la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat
  • 39-45, première remise en cause des principes de 1789, à l’encontre de la population juive.
  • 1945, les évêques et cardinaux français reconnaissent l’existence d’une laïcité « conforme à la doctrine de l’Eglise ».
  • 1946, adoption de la Constitution de la IVème République  « l’organisation de l’enseignement public, gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir pour l’Etat « .
  • La Constitution du 4 octobre 1958, stipule que « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale
  • 1962, le Vatican confirme « l’ouverture de l’Eglise à la démocratie, aux droits de l’homme et à la laïcité. »
  • 1989, des élèves musulmanes demandent à porter le voile au sein d’établissements d’enseignement public. Début du débat sur la laïcité avec l’islam.
  • 2004, création de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) et loi 2004-228, encadrement du port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics.
  • 2005, circulaire du 2 février, définissant les grands principes de la laïcité dans les établissements de santé.
  • 2007, création de l’Observatoire de la laïcité et de la circulaire du 13 avril relative à la Charte de laïcité dans les services publics.
  • 2010, la loi du 11 octobre interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.

 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article

Laissez un avis

requis