L’entreprise serait-elle un lieu de rencontre et/ou de débauche ?

Le côté aseptisé de la vie de bureau, ponctuée par les mails et les réunions peut donner le besoin et l’envie de développer des relations plus proches, voire plus intimes avec des collègues et pour peu que votre vie personnelle soit un peu chaotique, il est aisé de trouver chaussure à son pied… pour un moment.

Les « aventures » en entreprises, souvent adultérines, restent mal perçues tant par les collaborateurs que par les directions.

 

Même si l’on connait la signification étymologique du mot « travail » comme étant « torture », pour beaucoup de français, c’est autre chose que ça.

A raison de huit heures par jour, le bureau est un lieu propice pour rencontrer des personnes qui de prime abord ne vous aurez pas intéressé car à des années lumières de vos critères tant esthétiques qu’intellectuels, mais à force, de les voir sous leur meilleur jour, l’occasion ferait-elle le larron ?

Lorsque l’on sait qu’un couple sur trois se rencontre au bureau, les SMS coquins entre collègues sont donc naturellement plus fréquents qu’on ne le croit.

La sexualité en entreprise

Selon un sondage OpinionWay de 2011, deux tiers des salariés concernés par des rencontres au travail, évoquent des relations « furtives » qui finissent souvent mal… « Après rupture, la cohabitation est moins simple à gérer. Redouter d’être placardisé par son ex amant qui était son supérieur, un manager qui craint d’être poursuit pour harcèlement sexuel, les menaces qui sortent du cadre de la vie professionnelle pour venir entacher la vie personnelle… »

Une étude réalisée par le site de recrutement Monster en 2012, dit « qu’un européen sur deux prétend avoir déjà eu une relation, amoureuse ou sexuelle, avec un(e) collègue. »

En 2017, deux études faite sur la sexualité en entreprise par :

  • Le créateur de voyages Marco Vasco, dit que « 1 français sur 6 avoue avoir échangé des sextos avec sa collègue de travail et autant avoir rêvé de relation sexuelle avec son patron ou sa patronne. »
  • Le revendeur australien Yellow Octopus, fait ressortir que « les hommes de 47 à 70 ans sont 63% avoir fantasmer sur leur patron ou leurs collègues contre 31% pour les femmes de la même tranche d’âge, Seuls 4% des hommes auraient franchi le pas avec des personnes ne faisant pas partie de l’entreprise mais qu’ils auraient rencontré de par leur emploi.

72% des activités sexuelles au travail auraient lieu après les horaires de bureau, 36% pendant et 17% avant.

Et seulement 14% se seraient fait prendre… »

D’après le chercheur Alain Samson, auteur du livre « Sexe et flirt au bureau », « le milieu du travail est tout simplement aphrodisiaque ». Les longues heures au bureau avec des personnes de bonne compagnie, les sorties d’entreprise, les déplacements, les pseudos « passions » partagées, l’interdit, l’impression d’une ambiance glamour et moins quotidienne, sont autant de facteurs aggravants, favorisant les rencontres au bureau.

Cliquez ici pour lire la suite de l’article

 

 

Laissez un avis

requis